Sélectionner une page

Vous envisagez de mener une carrière juridique, ou vous souhaitez être avocat de métier ?

Sachez que des études très spécifiques existent pour pénétrer le milieu de la justice. Au travers de cette publication, nous revenons sur quelques éléments clés pour mieux appréhender la profession d’avocat : quelles sont les compétences requises ? Quelles qualités naturelles faut-il posséder pour réussir ? Quelle est la formation initiale ou les diplômes nécessaires pour prétendre travailler dans un cabinet, et quelles sont les possibilités d’évolution ?

Les compétences

Pour devenir avocat, certaines compétences essentielles sont à développer.

Rappelons qu’un avocat est, par définition, « une personne de confiance chargée de plaider en justice pour ses clients ». La première compétence clé est la capacité d’un professionnel à se spécialiser dans une discipline. Un avocat qui développe une forme d’expertise scientifique dans un domaine particulier sera chaudement recommandé selon les situations rencontrées. En deuxième lieu, il convient pour un avocat de disposer de réelles qualités rédactionnelles. Ce faisant, une bonne maîtrise de la jurisprudence, des lois et des règlements est impératif.

Également, un avocat doit faire preuve d’une certaine rigueur et d’un niveau d’organisation supérieur. Ceci afin d’éviter de commettre des erreurs qui seraient préjudiciables à ses clients.

Notons également qu’un avocat doit faire preuve d’éloquence et de charisme. La raison est simple : la plaidoirie exige un certain talent d’orateur, car il faut réussir à convaincre l’auditoire. Enfin, parmi les compétences essentielles d’un professionnel de la justice, notons l’importance de la discrétion. Le secret professionnel n’est pas un vain mot dans ce métier, qui exige un certain sang-froid pour tenir jusqu’au bout un rôle exemplaire de conseiller.

Les qualités à posséder

Vous souhaitez devenir avocat ? Pour y parvenir, vous devez acquérir un certain nombre de qualités essentielles. Le métier étant classé comme « profession libérale et indépendant », un professionnel doit montrer sa capacité à ne jamais être influencé par des intérêts personnels ou une quelconque pression extérieure. L’indépendance est donc le maître mot lorsque l’on souhaite évoluer dans le domaine de la justice.

On peut ensuite évoquer tout ce qui se rapporte à la discrétion et la confidentialité des rapports. En effet, un professionnel de la justice est tenu de garder pour lui les conversations qu’il a avec son client : c’est ce qu’on appelle le « secret professionnel », une donnée illimitée dans le temps et qui s’applique à l’ensemble des domaines d’intervention d’un avocat – que ce soit en termes de conseils ou de défense des intérêts de son client.

Notons également qu’un avocat ne peut défendre deux parties que tout oppose en termes d’intérêts, sauf en cas d’accord entre les parties. La loyauté est primordiale et est régie par l’article 4-1 du Règlement Intérieur National de la profession d’avocat, et qui évoque « les conflits d’intérêts ». La prudence est également de mise dans la profession, pour éviter de conseiller à un client des solutions sans évaluer les risques. Si la situation devient trop complexe ou délicate, l’avocat peut décider de se retirer du dossier.
D’autres qualités indispensables peuvent être citées pêle-mêle, comme par exemple la capacité à faire preuve de fair-play, la courtoise ou l’intégrité. L’humanité doit régir les relations d’un avocat avec son client, la compréhension et la compassion étant les moteurs d’une relation profitable.

Les diplômes à obtenir

Quelles sont les formations pour devenir avocat ? Après le bac, on recommande aux étudiants désireux de poursuivre des études supérieurs de s’inscrire à l’université. La durée minimum des études de droit doit être de quatre ans jusqu’à la Maîtrise, avant d’envisager par exemple une spécialisation. Il faut noter que le Master 1ere année est indispensable pour qui souhaite s’inscrire en Institut d’études judiciaires, et passer l’examen d’entrée dans un centre de formation spécialisé comme le CRFPA.

Pour obtenir le Certificat d’aptitude à la profession d’avocat – ou CAPA, la réussite au concours d’entrée du CRFPA est nécessaire. L’examen obtenu, l’étudiant reçoit les enseignements essentiels pendant 1 an. Par la suite, et après obtention de son diplôme, l’aspirant avocat doit prêter serment, puis effectuer un stage rémunéré chez un avocat pour pouvoir revendiquer ce titre par la suite. La durée du stage est équivalente à 2 ans.

Où peut travailler un avocat diplômé ?

Étant donné la nature « indépendante et libérale » de son activité, un avocat est son propre patron et est donc libre d’exercer son activité comme bon lui semble. Cependant, les situations peuvent varier selon le type de cabinet, le lieu d’exercice et la spécialisation du principal intéressé.

Par exemple, on peut trouver dans la plupart des grandes villes de France de grands cabinets d’avocats, qui regroupe en son sein des individus œuvrant dans une même spécialité. Mais on trouve aussi plus couramment des avocats généralistes. Si vous envisagez de travailler dans un cabinet d’avocat, voici un site à consulter : vecchioni-avocat-italien.com

Quelles sont les possibilités d’évolution de carrière ?

La plupart du temps, un avocat débute sa carrière en tant que salarié, en tant que collaborateur de cabinet. L’expérience aidant, et avec l’acquisition progressive d’un portefeuille de clients, il devient possible pour lui d’ouvrir son propre cabinet. Mais pour parvenir à ce niveau de compétences et pour se lancer en toute sérénité, plusieurs années d’expérience sont requises. On notera qu’au cours de sa carrière, un avocat est tout à fait en mesure de se spécialiser – par exemple dans le droit pénal, ou encore dans le droit territorial ou le droit de la communication. Ce qui ne peut que favoriser son image d’expert.

Nous venons de passer en revue les différentes perspectives d’évolution de carrière et les formations essentielles à suivre pour devenir avocat. Si de longues études sont requises pour devenir indépendant et ouvrir son propre cabinet par la suite, rien n’empêche cependant de rejoindre pendant quelques temps un cabinet constitué de plusieurs avocats œuvrant ensemble.